Actualités

Tampa Bay nouveau favori

Au lendemain de la fin du marché des transferts, les premiers bilans fleurissent. Dans la dernière ligne droite en saison régulière, les franchises ont tenté d’abattre leurs dernières cartes en vue des playoffs. Entre celles qui souhaitent rebâtir, celles qui essaient quelques ajustements, et celles qui mettent le paquet pour accroître leur chance de titre, les échanges font rage, et les données sont modifiées. Le grand gagnant de la deadline d’hier, et nouveau favori, semble se trouver en Floride, avec le Lightning de Tampa Bay. 

Equilibre offensif et stats améliorées 

Déjà premier de la conférence est depuis le début de saison, Tampa continue de préciser ses ambitions de titre. Plutôt homogènes dans l’ensemble, les floridiens bénéficient de l’explosion de leur duo offensif Kucherov/Stamkos, respectivement meilleur réalisateur (82 points, 33 buts) et 7e pointeur (71 points, 24 buts) de la ligue.

De tels exemples font par ailleurs des émules et si le russe Namestnikov s’est bien débrouillé avec plus de 40 points, ce sont surtout les jeunes Brayden Point, et Yanni Gourde qui s’illustrent. Point, 21 ans, dans sa seconde saison en LNH, pointe à 54 unités dont 25 buts, soit un but de plus que Stamkos, pas une mince affaire. Yanni Gourde, lui, est dans sa saison de rookie, et a déjà inscrit 22 buts et 26 passes.

Le plus impressionnant dans l’offensive des hommes de Jon Cooper est la multiplicité des menaces. En plus des noms déjà cités, les buts peuvent également venir de Tyler Johnson, Alex Killorn, Ondrej Palat, ou Chris Kunitz, mais aussi de la défense. Le monstrueux Victor Hedman en est déjà à 44 points, en plus de la qualité de ses interventions défensives. Il est bien secondé offensivement par le tout jeune russe Mikhail Sergachev, transfuge de Montréal l’été dernier.

Au niveau statistique, le Lightning est mieux cette saison. Davantage de contrôle du palet, de tirs au but adverse, et également de réalisme. L’équilibre est supérieur cette année, pour preuve le ratio de buts marqués sur totalité des buts, largement supérieur cette saison (57.96% contre 48.81% en 2016-17). Le corsi est également au dessus de 2%, tout comme le pourcentage de buts anticipés. Le PDO de son côté passe la barre des 100, et pointe à 102.96, ce qui commence à devenir intéressant, lorsqu’il parvient à se maintenir de la sorte à cette période de l’année.

Défensivement cela se passe aussi bien mieux. En ayant encaissé 227 buts l’an passé, TB avait raté les séries d’un point, cette année, les gardiens floridiens n’ont pour le moment encaissé que 170 buts, il faudrait donc un écroulement massif lors de la vingtaine de matchs restante, pour atteindre le funeste niveau de l’an dernier.

Yzerman, patience et efficacité

Une autre des raisons de cet aspect hermétique est le changement de gardien. Lorsque Steve Yzerman a échangé son gardien titulaire Ben Bishop l’an passé, les fans étaient partagés. Il est toujours dangereux de se séparer de son principal cerbère, même si son remplaçant de l’époque, le russe Andrei Vasilevskiy, donnait l’air de pouvoir succéder à l’américain aisément. Bien en a pris à Yzerman, puisque Vasilevskiy trône au nombre de victoires dans la ligue. 37 matchs gagnés sur 51 débutés, avec un taux d’arrêts de 92.7%, le russe démontre que la confiance de son GM n’a pas été usurpée.

Autre trouvaille « d’Ice man« , l’ex défenseur des NY Rangers, Dan Girardi. Plutôt en galère avec les Blueshirts, en bout de route totale, et quasiment viré de New York, Girardi se refait une santé en Floride. Peut être est-ce dû à son âge, une caractéristique classique des habitants du sud-est du pays, mais le #5 du Lightning a un effet nettement plus positif sur son équipe.

Mais le coup de maître d’Yzerman reste sa gestion intelligente du marché hivernal tout juste terminé. Conscient qu’un renfort défensif de choix serait un bonne idée, il a su patienter jusqu’au dernier moment, en se plaçant sur le bon cheval, pour réussi à s’attacher les services de Ryan McDonagh, et JT Miller, sans réellement se délester d’éléments majeurs de son effectif.

Les Rangers avaient annoncé vouloir un retour conséquent contre leur capitaine, voulant compiler les 1ers tours de draft, et/ou récupérer des joueurs de devoir et de complément pour repeupler leur effectif en qualité. En perdant McDonagh et Miller, on s’attendait à un retour considérable, incluant sans doute Sergachev, Point, ou des tours de repêchages.

Il n’en fut quasiment rien, puisque Tampa s’est résolu à laisser Namestnikov dans le trade, au même titre que 2 prospects Brett Howden, et Kibor Hajek ajoutés à un 1er tour 2018, et un 2e tour conditionnel, pouvant se transformer en 1er tour si les Bolts viennent à gagner la coupe Stanley sur les 2 prochaines années.

Un transfert gagnant/gagnant mais magistralement orchestré par Yzerman, qui a réussi à retrouver 2 joueurs de talent, à des postes déficients chez eux, sans réellement se départir d’éléments vitaux pour eux. Sergachev, Point, Gourde, ou même Tyler Johnson, touts sont restés en Floride sans ambiguïté de possible départ. Le message envoyé à ses troupes est donc fort, la franchise est assez forte pour mener la danse dans un marché de transfert, et ne se trouve pas contrainte par le temps, ou par un transfert de dernière minute, que l’on pourrait qualifier de « panic trade« .

Déjà à son avantage l’été dernier, lorsque Jonathan Drouin a été envoyé à Montréal, contre Sergachev et d’autres tours de draft, Yzerman a une nouvelle fois bluffé son monde. McDonagh peut donc peupler une défense déjà performante, et apporter son expérience, sa présence et son tir à la bleue, et la solidité dont il peut faire preuve, surtout s’il est accouplé avec Hedman, Sergachev, ou Stralman. JT Miller, amènera, lui, sa technique et sa couverture du palet.

Le départ de Namestnikov peut paraître comme un coup dur, mais si sa saison est belle, il est possible que cela coince avec ses nouveaux coéquipiers. Facile de profiter des caviars de Kucherov et Stamkos, encore faut il assurer lorsque les partenaires sont moins productifs.

En somme, avec déjà un effectif des plus performants avant les transferts, le Lightning de Tampa Bay s’est ostensiblement renforcé juste avant la deadline, et embauchant des pièces manquantes au puzzle de son GM Steve Yzerman. Pas tout seul dans le bal de fin d’année des playoffs, les Bolts auront besoin de toutes leurs forces pour lutter contre les Penguis, Capitals ou Maple Leafs à l’est, et peut être un peu plus en finale.

Sources: nhl.com ; corsica.hockey ; startribune.com

Related posts

La belle histoire de Bellemare

Pierre Gouguet

[BILAN 16/17] Dallas Stars : Où est passée la bonne étoile ?

Corentin

Bientôt une nouvelle franchise

Christophe Legrand

Leave a Comment

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial