Accueil Actualités

Robin Lehner sur de bons rails

Tout nouvel arrivant chez des NY Islanders post-Tavares, le gardien suédois Robin Lehner a bien débuté la saison. Blanchissant les Sharks de San José, l’ex des Senators et Sabres s’est remis dans le droit chemin après une expérience difficile à Buffalo. Santé défaillante, gros soucis psychologiques, addiction à l’alcool et inaptitude parfois au jeu, le portier scandinave est en pleine opération rachat dans la grosse pomme.  

Lorsque le quotidien numérique canadien The Athletic a publié un article sur la situation du suédois Robin Lehner il y a quelques semaines, beaucoup ont découvert le mal qui rongeait l’ex portier des Sabres de Buffalo. Capable de fulgurances, mais souvent porté aux nues pour des réactions peu en phase avec une vie de groupe, le suédois a dévoilé la partie sombre de son existence.

Instabilité psychologique, addiction totale à l’alcool, soucis de sommeil, et tendances suicidaires, le panel de son mal-être est large. Pourtant reconnu comme un gardien capable d’effectuer des gestes de grande classe, Robin Lehner n’a rien du sportif professionnel sain, que la LNH cherche à promouvoir constamment.

En Mars dernier, en pleine rencontre face aux Red Wings de Détroit, une crise de panique l’assaille, l’obligeant à filer en soins hospitaliers dans la foulée. Quelques jours plus tard, une bipolarité de niveau 1 lui est diagnostiquée. Pourtant patiente avec lui, la direction des Sabres décide que son contrat de trois ans ne sera pas renouvelé. Pas vraiment apte mentalement à évoluer à ce niveau, Robin Lehner comprend, et loue même le soutien de ses dirigeants pendant de longs mois de maladie, où s’endormir tôt, sobre, en bon mari et père de famille, n’ont pas été spécialement à l’ordre du jour.

Avec une influence directe sur son jeu, il arrivait que son poids varie significativement, ou qu’il se juge non responsable de défaites, n’hésitant pas à blâmer directement ses coéquipiers. Si certains de ses anciens collègues, notamment à Ottawa, disent n’avoir « jamais décelé quoique ce soit« , Buffalo avait bel et bien repéré quelque chose, pour décider de ne pas s’engager sur le long terme avec lui.

Nouvelle aventure new yorkaise ? 

En arrivant aux commandes des NY Isles, Barry Trotz et Lou Lamoriello ont pourtant désiré s’attacher les services du natif de Göteborg, mais seulement pour une saison pour le moment, pour voir.

En se dévoilant publiquement, il a décidé de faire un mea culpa sans doute salvateur, mais dangereux dans un monde de rudes compétitions, ou tous les coups peuvent parfois être permis pour prendre l’avantage psychologique sur un adversaire. Dans le cas spécifique d’un gardien, l’aspect mental est encore bien plus développé, rendant l’opération plutôt périlleuse.

Loué pour son « incroyable courage » par la plupart des membres de la ligue, Lehner aborde donc sa nouvelle aventure avec prudence mais confiance. Jusqu’alors remplaçant de l’allemand Thomas Greiss aux Islanders, Lehner a débuté sous ses nouvelles couleurs lundi soir, à Brooklyn face aux Sharks de SJ, et son armada de défenseurs offensifs.

Résultat, après 16 arrêts en premier tiers, le suédois a fini de parachever son oeuvre du soir avec 35 parades au total, en blanchissant des californiens peu en verve en ce début de saison, malgré l’arrivée rutilante du défenseur lui aussi suédois Erik Karlsson.

Premier gardien de l’histoire de la franchise à réussir un « shut out » pour sa première apparition, Robin Lehner avoue que cela lui a fait « beaucoup de bien de retrouver la glace« . Massivement soutenu par un Barclays Center totalement acquis à sa cause, il a même pu ressentir « de l’amour » de la part de ses partisans, tous heureux de voir un gardien remplaçant de ce niveau.

Finalement parachuté au bon endroit, avec un intérêt mutuel pour la reconstruction, les Isles et leur nouveau cerbère, vont peut être trouver un terrain d’entente sur quelques années s’il parvient à renouveler ce genre de performances sans retomber dans ses travers. En attendant, après un été et un camp d’entraînement sous le signe du travail acharné, Lehner arrive à NY avec une envie tout fraîche, l’occasion pour lui de débuter une toute nouvelle vie, et commence en tout cas par attirer le respect de son nouvel entourage hockeyistique.

Si pour Barry Trottz, « en tant qu’équipe, chacun soutient son prochain« ,  Anders Lee lui rajoute sa fierté de le voir « travailler si dur, après tout ce qu’il traverse au quotidien. L’article publié à son sujet, suivi par la découverte de la personne a été bluffante » pour Lee, le rendant « encore plus fier » de son coéquipier à l’heure actuelle.

Sa saison ne fait que commencer, et ses troubles peuvent revenir tant qu’il n’est pas tout à fait guéri. Clairement motivé pour rendre à sa famille toute la patience dont ils ont fait preuve pendant ses années de maladie, Robin Lehner lutte donc chaque jour pour se refaire une santé, une bonne réputation, et redevenir enfin le gardien de grand talent qui l’a fait arriver en LNH.

Source: The Athletic, NHL.com; crédit photo TVASports.ca

 

Related posts

[BILAN 16/17] Dallas Stars : Où est passée la bonne étoile ?

Corentin

Une nouvelle expansion ?

Julien

Résultats de la nuit

Christophe Legrand

Leave a Comment

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial