Actualités

NHL TRADE DEADLINE : LES DERNIERES NEWS!!!

ll ne reste plus qu’une quinzaine de jours avant la date fatidique de la limite des échanges en NHL. Ainsi, les dossiers se précisent de plus en plus. Certaines équipes commencent à savoir si elles seront vendeuses ou acheteuses au 26 février prochain. Pour y voir un peu plus clair, Into The League vous propose un tour d’horizon des dernières rumeurs …

 

Dossier Rick Nash : on connait le prix!

Il semblerait que chez les Rangers de New York, on ait enfin déterminé un prix pour s’attirer les services de Rick Nash. En totale chute libre au classement, les Blueshirts semblent contraint à la reconstruction. Pièce centrale du marché de la date limite des échanges, le canadien Rick Nash a donc de grandes chances pour changer d’horizon d’ici la fin février.

Jeff Gorton et son staff se sont déjà entretenus avec Nash ces derniers jours pour fixer une liste de 12 équipes vers lesquelles l’attaquant accepterait un transfert (ce dernier ayant un NTC). Mais aujourd’hui, on y vois plus clair dans les intentions des Rangers.

Le prix fixé par le club de Manhattan serait un 1er tour de draft, un prospect de premier ordre et un prospect ou joueur moins important. C’est donc un prix à trois composantes qui est demandé par NYR. Un prix qui peut sembler un peu haut pour un joueur en perte de vitesse comme Nash. Les GM sont d’ailleurs sur cette même longueur d’onde. Beaucoup attendront dans ce dossier pour voir le prix baisser. Il ne serait pas étonnant qu’à la fin, ce prix se fixe autour de celui payé par le Wild l’an dernier pour attirer Martin Hanzal : un 1er tour et un 2nd tour (ou prospect).

Autre difficulté dans ce dossier : le salaire. Avec 7,8M$, difficile de vendre un joueur sans accepter de retenir une partie de son salaire. Les Rangers y sont ouvert et de manière large. Rappelons qu’ils ne pourront pas retenir plus de 50% de son salaire actuel. Reste donc à trouver une équipe capable d’accueillir au minimum 3,9M$ sur son cap hit.

A ce jeu, les Stars, Predators, Blues, Sharks, Jets, Columbus voir Kings seraient en première ligne pour attirer Nash.

 

Les autres pièces des ‘Gers …

New York ne s’arrêtera pas au simple Rick Nash à la trade deadline. Jeff Gorton est en mode écoute et s’il trouve chaussure à son pied, personne n’est totalement sécurisé de rester dans la Big Apple. Mais parmi tout le monde, certains semblent plus enclin à partir.

Le premier est Michael Grabner. En fin d’engagement avec NYR à la fin de la saison, il est un candidat tout naturel au départ. Les Blueshirts demanderaient un simple premier tour de draft pour l’échanger. Vu sa cote auprès des GMs, il se pourrait qu’ils en récupèrent plus.

Autre pièce sur le marché, le défenseur Nick Holden qui depuis un petit moment n’est plus en odeur de sainteté à New York.

 

Vers un départ de Dion Phaneuf?

Difficile d’y voir clair dans ce dossier. Ottawa n’est pas en mode vente mais si une offre intéressante arrive sur la table, l’option sera envisagée. Phaneuf rencontre le même problème que Nash, lequel est son salaire. Difficile de trouver une équipe capable de l’accueillir. Et à ce jeu pas sûr que les Senators accepteront de retenir de manière significative du salaire concernant le grand défenseur canadien.

A ce jeu, ce sont les Kings de Los Angeles qui seraient intéressés par les services de Phaneuf.

 

Quelle stratégie pour les Bruins?

La position de Boston est délicate. Ne nous voilons pas la face, Boston ne s’attendait pas à être aux premières places de la conférence est en début de saison. Or, après un run fantastique, les hommes de Bruce Cassidy font office désormais de favori pour la Stanley Cup. Mais que faire dans cette situation? Etre offensif sur le marché des échanges pour attirer du renfort? Se garder de tout échange pour ne pas casser la chimie actuelle? Difficile …

La question à Boston est de savoir si le staff pense réellement que cette année est la bonne. Car derrière, il faudra abandonner des prospects. Un quite ou double quant on connait les difficultés de cette équipe ces dernières saisons.

Le mot qui se dégage de Bean Town est que les Bruins ne cherchent pas à faire un échange marquant à cette trade deadline. Comme toute équipe bien positionnée, ils vont se renseigner pour connaitre les prix et peut être s’engouffrer dans une offre qui semble en valoir la peine. Améliorer la profondeur offensive et défensive serait déjà une bonne chose.

Mais à ce jour il est difficile de prendre une position ferme et définitive quant à la politique à adoptée dans ces derniers jours avant la deadline …

 

Source : fanragsports; tsn.com

Crédit Photo : NHL.com

Related posts

La course au Calder

Pierre Gouguet

Révolution culturelle à Toronto ?

Pierre Gouguet

Antoine Roussel file à Vancouver

Pierre Gouguet

Leave a Comment

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial