Actualités Non classé

Las Vegas pour confirmer

Tous proches d’entamer une deuxième édition en LNH, les Golden Knights de Las Vegas ont passé un été des plus intéressants. Après avoir débarqué dans la ligue avec un effectif de seconds couteaux, surpris tout le monde en se qualifiant pour les playoffs, et terminé l’aventure en finale de coupe Stanley, les Knights sont de retour. Et vu le recrutement effectué, ils n’ont pas prévu de sortir le tank. 

Saison 2, épisode 1. Le teaser ne figure pas sur tous les écrans, et comme l’an passé, ces knights ne font pas partie des favoris lorsque l’on parle des potentiels futurs vainqueurs. Preuve en est, la victoire de dimanche soir en pré-saison 5-2 face aux Sharks de SJ, qui trustent eux, les places de choix chez les bookmakers.

A la T-Mobile Arena, les requins ont eu du mal, mais les lumières se sont ajustées sur le premier but du suédois Erik karlsson, dont la présence seul au second poteau, lors d’une supériorité numérique bien gérée par les californiens, a suffit à faire parler les observateurs. Pour le reste, le score fleuve, ou le but de Max Pacioretty, n’ont pas réellement défrayé la chronique outre mesure.

Un recrutement de haut niveau

L’an passé, Vegas s’appuyait sur un roster clairement composé de joueurs dont les anciennes franchises ne voulaient plus. Les Marchesseault, Karlsson, Smith, Fleury and co, ont pourtant fait une superbe saison et surpris jusqu’à leurs anciennes franchises.

Initialement supposés empiler les espoirs pour bâtir à partir de la draft, Las Vegas va finalement pouvoir surfer sur leur exploit de l’an passé. Et c’est bien cela qui a changé dans le Nevada. Si les premières impressions voyaient cette nouvelle franchise comme un pur produit du marché économique Bettman, le parcours de l’an dernier a changé l’image de l’équipe.

Vue désormais comme une destination de choix, l’équipe de Pierre-Edouard Bellemare n’est « plus prise à la rigolade« . Si cela est certainement arrivé au début, c’est bel et bien terminé et l’endroit devient même attractif.

La preuve en est, son recrutement plutôt notable avec l’arrivée de renforts offensifs de choix et des prolongations de contrats parmi des cadres. Sont arrivés Paul Stastny, et Max Pacioretty, tandis que Shea Teodore a décidé de poursuivre l’aventure, quelques mois après les prolongations de Jonathan Marchesseault, Colin Miller, et Marc-André Fleury.

Les deux nouveaux venus ont donc rejoint l’équipe de Gerard Gallant cet été via deux modes. Si Pacioretty a été échangé par Marc Bergevin contre Nick Suzuki, Tomas Tatar, et un deuxième TDD 2019, Paul Stastny a lui pleinement choisi son transfert, en s’engageant avec les Knights via le marché des agents libres.

Un choix de son plein gré donc, validé par l’arrivée de l’ancien capitaine des Canadiens de Montréal, qui s’est empressé de prolonger de 4 saisons quelques jours après avoir débarqué chez les finalistes de la coupe Stanley.

Une tactique adaptée

Avec la constitution d’une deuxième ligne offensive du même niveau que le premier trio, sur le papier, les Knights confirment donc leur nouvel objectif « playoffs« . Si la conférence ouest est assimilable à Times Square un samedi soir en terme de densité, Vegas en a les moyens avec son effectif plus homogène, et fourni.

L’an passé, l’équipe apparaissait comme une meute de loups, jouant chaque minute comme la dernière, avec un système de jeu de type playoffs. Une grosse pression défensive, et une intensité de chaque instant, là où les autres équipes font encore une différence entre saison régulière et séries éliminatoires dans leur façon d’aborder les rencontres.

Cette saison ne devrait pas déroger à la règle, sauf que les Knights pourraient user un peu plus des contres, compte tenu des armes à leur disposition. Quoi, et surtout qui, de plus à propos dans ce système-là, que Max Pacioretty en attaque ?

https://www.nhl.com/video/paciorettys-shg-pads-lead/t-277350912/c-61483603

Pour preuve son but face à San José, la combinaison semble déjà fonctionner, et il est grandement possible que l’ailier américain soit régulièrement servi en la matière. Cette rencontre contre les Sharks a d’ailleurs vu Pi-Ed Bellemare fournir par deux fois son compère Tomas Nosek dans le même type de phase de jeu, chose qui devrait être répétée inlassablement dans la saison.

Le profil défensif à la bleue de Bellemare lors des infériorités numériques pourrait aussi être une piste à creuser pour Gallant, car en y associant Pacioretty, cela pourrait amener une vraie menace supplémentaire pour les défenses adverses, obligées de composer avec un offensif attaquant la ligne, et un buteur rapide, capable de se retrouver rapidement en face-à-face avec le gardien.

Si ce profil était déjà pas mal adopté l’an passé avec Marchesseault et Karlsson, nul doute que les ajouts de Stastny et « Patch » ne sont pas innocents.

Si les Knights seront clairement attendus, ils ont en tous les cas profité de l’intersaison pour se renforcer, et fructifié les bienfaits d’une première année aussi surprenante que dantesque. Une fois la pilule de la défaite « difficilement avalée » selon Pi-Ed Bellemare, les chevaliers du Nevada vont pouvoir repartir de plus belle avec leurs nouveaux coéquipiers.

Avec un Fleury qui aura montré lors des derniers playoffs qu’il n’a rien perdu de sa superbe, la T-Mobile Arena pourra de nouveau rugir derrière ses Knights. Reconnue maintenant pour son accueil chaud et spectaculaire, l’enceinte chère à George MacPhee n’est sans doute pas au bout de ses émotions.

Sources: Nhl.com ;

Related posts

Match 1 : Nashville s’offre la première manche

Corentin

[BILAN 16/17] Toronto MapleLeafs : D’attaque pour confirmer

Pierre Gouguet

[RUMEUR] : Vers une sortie de l’ouragan en Caroline?

Fabrice Blanchard

Leave a Comment

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial