Actualités Entrevue

Entrevue : Gauthier Kuntzmann

Gauthier Kuntzmann, journaliste sportif pour le groupe CANAL + a accepté de répondre à nos questions. Au programme de cette première entrevue : NHL, JO et sports US.

Peux-tu nous raconter ton parcours, ton rapport avec le hockey, la NHL ? 

A cette question, il répond d’abord : « On peut dire que je suis né sur des patins », puis il explique : « Lorsque j’habitais à Lyon, je vivais en face de la patinoire. Mon frère jouait au hockey et ma sœur faisait du patinage artistique ». Le hockey, une vocation évidente, un sport qu’il pratiquera à ses 3 ans mais cette fois-ci à Strasbourg, dans la patinoire du Wacken. « J’étais presque tous les jours à la patinoire, entre mes entraînements et ceux de mon frère » explique-t-il.

« Je jouais dans le championnat allemand face aux villes frontalières, en france j’étais surclassé, les autres joueurs avaient 1 ou 2 ans de plus que moi ». A l’époque ses idoles sont les joueurs de Strasbourg qu’il va régulièrement supporter puisqu’il est abonné à la patinoire. « La NHL était peu regardé à l’époque, il y avait peu de rencontres en direct, je suivais l’actualité, je connaissais les joueurs, j’avais des cartes de NHL ». En effet Gauthier collectionne alors les cartes de NHL, un moyen pour lui de suivre ses idoles : Gretzky, Lemieux, Selanne, Hasek, Jagr … « J’avais deux maillots NHL que je portais tout le temps à l’entraînement, celui des Penguins parce que c’était la grande époque du duo Lemieux/Jagr et celui des Stars qui ont gagné la Coupe Stanley en 1999. C’étaient, à cette période, mes deux franchises favorites. »

Alors âgé de 13 ans, il arrête le hockey, « à regrets » lance-t-il. Il pratique alors le football, le tennis, il est avant tout un passionné de sport. Une passion qui le mènera jusqu’à CANAL +, lieu où il renoue avec le monde du hockey après une banale discussion.

Gauthier lors d’un stage de Pete Laliberté à l’Alpe d’Huez

Qu’est-ce qui t’a attiré dans ce sport, cette ligue ? 

Le hockey est selon lui « une formidable école de la vie », le fait de rencontrer des personnes au travers des tournois, de jouer face à des étrangers, tout cela semble lui évoquer des souvenirs d’enfance. Il évoque également les efforts « des efforts de 30/40 secondes non stop, intenses comme il y en a dans peu de sports ». Naturellement, il aborde l’esprit d’équipe, la vitesse, les duels et déplore : « certaines personnes pensent que c’est un sport de brutes ».

Concernant la NHL, « La Mecque du hockey » comme il l’appelle, il évoque avant tout l’intensité, bien supérieure à celle observée en France : « Mon regret est de ne pas vivre là-bas » ajoute-t-il.

As-tu une franchise favorite ?

« Non je ne suis pas une franchise en particulier, je suis neutre, cela m’aide pour mon travail ». Comme la plupart des français, il porte une attention particulière à nos Frenchies expatriés (Bellemare, Roussel et Auvitu).

Suis-tu les sports US plus généralement ? 

« Non, je ne suis pas spécialement fan des sports US », il ajoute également : « C’était difficile de suivre les matchs la nuit ». Malgré tout, Gauthier garde un œil sur l’actualité des ligues majeurs (NBA, NFL, MLS, MLB, NHL) avec une attention particulière pour la NHL.

Quel est ton avis concernant la décision de Bettman pour les JO ? 

« Vu des USA, cela peut paraître légitime, il y a un énorme manque à gagner pour la NHL », au sujet de la non participation des joueurs de la NHL aux Jeux Olympiques. « En revanche, c’est dommage pour le monde », ajoute-t-il. Puis il évoque des échanges avec les joueurs de l’équipe de France : « Pour la plupart de ces joueurs, la passion du hockey s’est développée à travers les JO et non la NHL ». Nous sommes tous les deux d’accord pour affirmer que ces jeux n’auront pas la même saveur sans les stars de la NHL. Cette vitrine permet de créer des vocations : « Les matchs sont en clair, c’est une grosse audience, je me souviens de la finale des JO de Vancouver, USA-Canada en Prime ».

L’anecdote

« En voyage à Prague, j’ai discuté de hockey avec des locaux leur expliquant que ce sport était encore méconnu en France, ils ne comprenaient pas, le hockey est le sport n°1 devant le foot là bas ». Une anecdote qui illustre le manque de moyens, le manque d’infrastructures pour que ce sport soit reconnu à sa juste valeur : « Il y a une sorte de plafond de verre concernant le hockey en France ». Malgré cela les mondiaux de 2017 à Paris ont semblé être une réussite, une belle fête qui a servi au développement de notre sport.

As-tu un mot à adresser à la communauté ? 

Ses premiers mots seront pour Romain Del Bello qui oeuvre depuis plusieurs années pour que la NHL soit en direct sur CANAL +. « Il faut des sites, des magazines pour développer le hockey », voilà une parole qui encourage à poursuivre dans cette voie.

Related posts

Montréal chute lourdement à Edmonton

Christophe Legrand

Résultats de la nuit

Christophe Legrand

Matthews: Retour gagnant

Pierre Gouguet

Leave a Comment

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial