Actualités

Draft 2018 : Premières choses à retenir

La draft 2018 s’est achevée samedi soir, et certaines formations ont fait de bons coups. Du choix N°1, à quelques steals plus bas dans les repêchages, retour sur quelques points principaux à retenir. 

Buffalo sabre le champagne

Désignés détenteurs du choix numéro 1 par la loterie, les Sabres de Buffalo avaient donc l’opportunité de sélectionner le joueur de leur choix. Sans grande surprise, Buffalo a jeté son dévolu sur le grand favori pour la tête de la meute, le suédois Rasmus Dahlin.

Dans la lignée des Lidström, Karlsson, ou Hedman, Dahlin perpétue la tradition des superbes défenseurs suédois. Celui-ci est avant tout un magicien de la relance. Avec un QI hockey réputé très haut, capable de remonter les palets depuis son but, en manifestant une technique de patinage faite de changement de direction, et de prises d’intervalles, L’ancien de Frölunda est donc considéré comme un futur Franchise Player à tout juste 18 ans, et va donc pouvoir découvrir la Ligue Nationale, au sein d’une formation où il aura rapidement les clés du camion.

Il sera accompagné dans son arrivée l’an prochain par le défenseur américain Mattias Samuelsson, drafté au 32e rang, et qui se positionne en bonne acquisition, pour une défense des Sabres régulièrement décriée. Véritable canonnier, le natif du New Jersey a passé toutes les sélections de jeunes au sein du Team Usa, directement issu du programme de développement Junior américain. De quoi apporter une aide précieuse à Ristolainen dans l’arrière-garde de Buffalo.

Les Canadiens à la sauce finnoise

Plus ou moins miraculeusement désignés pour choisir en 3e position, les Habs avaient plutôt intérêt à ne pas se rater, car l’effectif actuel, en plus d’avoir manqué les séries l’an passé, semble s’effriter à vue d’oeil, sans véritable ligne directrice de la part de Marc Bergevin.

En draftant en 3e position, les montréalais avaient sous le coude l’opportunité de prendre le tchèque Filip Zadina, pressenti pour être choisi autour du top 3. Feu follet en attaque, l’ailier de Pardubice n’a pas été l’heureux élu du tricolore.

Les Canadiens ont sélectionné un centre, en la personne du finlandais Jesperi Kotkaniemi, très bien vu dans cette session, notamment de part sa polyvalence en attaque. Taillé pour un poste de centre N°1, le finnois a de superbes mains, une vision de jeu de haute volée, et une facilité à aller droit au but. “Ravi que Montréal ait pensé à lui“, Kotkaniemi va donc se frotter au top niveau dès le début de la saison prochaine, tant les Habs paraissent en avoir besoin.

Dans ces repêchages, Bergevin a aussi pu ramener dans ses bagages plusieurs autres éléments prometteurs. Un autre finlandais qui patine à vitesse V a été choisi, créant une doublette qui pourrait se retrouver en attaque ensemble rapidement. Avec 27 points en 48 matchs en Finlande l’an passé, cet Ylonen-là est une flèche, et déploie un jeu réputé “tout en accélération“.

Quelques mois après le départ d’Alexei Emelin, Bergevin a tenté de combler le manque en prenant son compatriote Alexander Romanov, considéré comme un “Emelin plus énergique“. Tout un programme pour le russe, qui n’a pas un physique de tueur à gages, avec un petit 1.81M pour 84 kgs. Réputé rapide, il est agressif et vif. Les Habs semblaient persuadé que ce choix N°38 était bon, même si Romanov n’avait récemment pas été invité aux NHL Combine, censé répertorier les meilleurs prospects.

Autre centre, Montréal a ensuite drafté en 56e position, le suédois Jacob Olofsson, âgé de 17 ans, capable de faire preuve de versatilité, en jeu placé, ou en transition. Adepte d’un rythme plutôt ralenti, Olofsson va être utile dans plusieurs secteurs du jeu des futurs Habs.

Plus loin Montréal a pris plusieurs autres choix avec Cameron Hillis, Jordan Harris, Allan McShane, Jack Gorniak, Cole  Fonstad, Samuel Houde, et enfin Brett Stapley. Si certains sont considérés comme de bons projets, les derniers cités n’auront peut être pas le niveau NHL, mais feront malgré tout les camps d’entraînement.

Le cocktail Lamoriello à Long Island

Les NY Islanders ont débuté leur été en recrutant le GM des MapleLeafs de Toronto, et ex Devil du NJ, Lou Lamoriello. Avec comme idée majeure de garder John Tavares, les Isles ont également frappé fort dans la draft. Avec 2 choix consécutifs aux 11e et 12e places, il était dit qu’ils prendraient ce qu’il allait rester.

Sauf qu’avec des choix imprévus avant eux, les Islanders ont pu récupérer de gros prospects, comme l’américain Oliver Wahlstrom, longtemps pressenti aux NY Rangers, mais snobé par ces derniers, au profit du russe Kravstov. Buteur patenté, à la technique pure, et considéré comme un des cadors de cette génération, le scoreur élite américain a beaucoup de progrès à faire en défense, et en supériorité, mais son plafond n’est pas encore évalué.

Juste derrière, ils ont pu prendre un des défenseurs les mieux côtés de la troupe, le canadien Noah Dobson. Prévu initialement plus haut dans les choix, certains ont même littéralement qualifié ce choix de vol, tant il était attendu qu’il soit choisi avant la 12e place. Avec un beau QI hockey, c’est un défenseur très mobile, pourvu de grosses qualités offensives.

Autre beau choix défensif, le choix N°41, Bode Wilde. Avec une belle taille (1.92m), il est très mobile, et ses capacités à trouver des espaces en patinant ne sont pas sans rappeler Rasmus Dahlin. Plutôt offensif dans son jeu, Wilde sait aussi brider ses instincts pour garder le maison. Coupables de quelques pertes de pucks, il a une marge de progression dans la relance.

Pour amuser la galerie devant, le russe Ruslan Iskhakov vient prêter main forte aux Barzal et compagnie. Doté d’une technique incomparable, le petit ailier de poche de 17 ans a bien évidemment comme soucis son physique, mais comble par une technique hors pair.

Avec la prise suivante, les Isles obtiennent un gardien plutôt grand. Jakub Skarek, 1.91m, est repêché au 72e rang. Bonne lecture du jeu, et concentration intéressante, il reste apparemment un peu léger au niveau de son gant. Les choix de Jacob Pivonka, Blade Jenkins, et Christian Krygier viennent compléter la donne, qui a été richement importante sur les premiers choix, ceux qui changeront certainement la face de la franchise.

 

Sources : wkbw.com ; eliteprospects.com ; theathletic.com

Related posts

Détroit veut rester compétitif

Pierre Gouguet

Entrevue : Gauthier Kuntzmann

Corentin

POWER RANKINGS : Analyse du mois de Janvier.

Fabrice Blanchard

Leave a Comment

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial