Accueil

Arizona : Une faim de loups

Cantonnés au fond du classement depuis plusieurs saisons, les Coyotes de l’Arizona pourraient commencer à voir le bout du tunnel. Après une draft intéressante, les pensionnaires de Glendale ont continué les bonnes affaires sur le marché des agents libres. Avec un effectif qui commence à devenir homogène, les hommes de Rick Tocchet intriguent. 

L’été dernier avait déjà attiré l’oeil de certains observateurs. Avec Derek Stepan, Niklas Hjalmarsson, Antti Raanta, les Yotes avaient récupéré des pièces non négligeables à l’orée de la saison 2017-18. Au cours de l’année, Anthony Duclair avait demandé à voir du pays, échangé à Chicago contre Richard Panik.

Malgré une décevante édition, les Coyotes ont quand même montré quelques fulgurances, et la patte Rick Tocchet continue à intéresser quelques joueurs de la ligue. Avec l’arrivée de John Chayka, General Manager très jeune pour le poste, et surtout très influencé par les statistiques avancées, la franchise du désert, a décidé de changer de cap.

L’accent mis sur l’intégration des jeunes commence à porter ses fruits, et le choix du jeune canadien Barrett Hayton, en 5e position à la draft cet été, amène une future profondeur d’effectif si certains bons résultats peuvent s’enclencher d’ici là.

Prolongations en défense 

L’enjeu du début d’été s’est tout d’abord trouvé dans l’arrière garde. Les 2 piliers suédois de la reconstruction, Oliver Ekman-Larsson, et Niklas Hjalmarsson pouvaient aller voir ailleurs, être échangés, ou tout simplement resigner pour s’inscrire sur la durée.

Ils ont bien décidé de prolonger de 7 ans pour OEL, et 3 ans pour Hjalmarsson. Kevin Connauton lui signe pour 2 années supplémentaires, en ajoutant l’arrivée Jordan Oesterle et la percée du jeune canadien Jakob Chychrun, les Yotes ont au moins 2 paires solides, combinables avec Alex Goligoski, ou Jason Demers.

Mélange explosif en attaque ?

Offensivement, le travail débuté précédemment avec les Clayton Keller, Dylan Strome, ou les Christian Dvorak et Fischer, pourrait bien payer dès cette année. En effet si le fer de lance Keller a montré de très belles choses l’an passé, la marge de progression est réelle. En 1e trio offensif à 19 ans, ses 65 points dont 23 buts en 82 rencontres en font une fusée pour son âge.

Encore en dilettante, Dylan Strome, lui, cherche son rythme et surtout un poste sur lequel se poser. Plutôt centre de formation, le N°3 de la draft 2015 peine à s’installer. Derrière les Stepan, ou Dvorak, Strome voit également débarquer l’ex Canadien de Montréal Alex Galchenyuk. Balladé du centre à l’aile dans la Belle Province, Galchenyuk avait besoin d’air, et se retrouve donc dans le désert pour repartir à zéro, dans une formation qui commencera par lui faire confiance, et certainement à son poste de prédilection, à savoir dans l’axe.

Strome a donc du travail pour s’imposer, et faire mieux que les 9 points accumulés l’an dernier. Malgré tout, dans une fin de saison en compagnie de Brendan Perlini et Christian Fischer, il a pu se montrer à son avantage avec 8 points en 10 matchs. Ses 53 unités en 50 matchs en AHL auront également démontré que le niveau est encore là.

Le marché des agents libres a aussi amené l’autrichien Michael Grabner, transfuge des NJ Devils où il avait atterrit cet hiver en provenance des NY Rangers. Buteur de complément, très rapide et précis en contre attaque, il peut amener son punch, et sa vitesse, notamment en infériorité numérique. Il arrive avec l’ancien Blackhawk Vinnie Hinostroza, qui a cumulé 25 réalisations à Chicago l’an dernier. A 24 ans, il fait encore partie des espoirs, et pourrait montrer d’autres statistiques avec plus de temps de jeu.

Tout ça cumulé, le roster des Coyotes n’est pas si mal, et à une 4e ligne près, cela commence même à présenter une bonne tête. Par ailleurs, preuve en est de l’attractivité nouvelle de l’Arizona, avec les discussions plus ou moins avancées qui ont eu lieu avec James Van Riemsdyk, considéré comme le 2e gros poisson de la dernière “Free Agency”, derrière John Tavares. Très tenté à l’idée de jouer sous les ordres de Tocchet, JVR a longuement hésité entre les Yotes, et les Flyers, qu’il a malgré tout fini par rejoindre.

Concurrence dans les buts

Dans les cages, avec le départ de l’historique Mike Smith, les Coyotes ont un peu tatonné avant de mettre le finlandais Antti Raanta. Handicapé par des blessures en début de saison, le finnois est remis, et a même fait une bonne fin de saison, avec 93% d’arrêts.

Il va être secondé par l’ancien Wild du Minnesota, Darcy Kuemper, capable de se stabiliser autour des 93% également. Loin d’être parmi les icônes de la ligue, cela reste malgré tout des stats honnêtes.

Longtemps raillés, les Coyotes affichent de meilleures ambitions, et Chayka, adepte de compléments chiffrés, est peut-être en train de monter un groupe dont la caractéristique première sera la complémentarité. En partisan supposé du “Money Ball”, le boss du hockey arizonien semble avancer dans son projet aussi risqué qu’ambitieux.

 

Sources: Capfriendly.com ; azcentral.com ; nhl.com ; nhl.nbcsports.com (Crédit photo)

 

 

Related posts

Le cas Hughes sème le doute

Corentin

La Floride n’a pas réussi au Habs

Christophe Legrand

Les plus beaux buts du week 6

Christophe Legrand

Leave a Comment

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial